Partager
Version imprimable

Current Size: 100%

Pays d'Aventures

AVENTUREs GRANDEUR NATURE !

ULM ST PAUL

En parapente ou ULM, prenez de l’altitude et offrez-vous une vue spectaculaire sur le Fenouillèdes.

Laissez-vous planer, contemplez, respirez, profitez.

Bien harnaché à la roche, tentez l’expérience Via Ferrata. Tirez sur vos bras, poussez sur vos jambes et n’oubliez pas d’admirer ce paysage vertigineux sous vos pieds.

CANYONING

 

En canyoning, jetez-vous à l’eau pour découvrir les gorges de Galamus autrement. Laissez la fraîcheur des lieux vous envahir. Rafting ou kayak ce sera à vous de dompter les courants.

Faites face à la tramontane sur les sentiers escarpés de la Tourèze « mystérieuse».

Au détour d’un col, levez la tête en direction de Quéribus, puis mains sur les freins, dévalez les pentes sur la piste des Templiers.

Kilomètre après kilomètre, prenez le temps d’apprécier les notes de romarin ou encore de genévrier. Laissez la garrigue guider vos pas sur ces sentiers balisés, baignés de soleil et bercés par le chant des criquets.

La randonnée se vit nature en Fenouillèdes.

SPELEOLe monde sous-terrain vous interpelle.

Faufilez-vous par ce petit trou à la découverte d’une grotte féerique, rampez jusqu’à cette cavité qui débouche sur une galerie et là, prenez le temps d’admirer les merveilles géologiques de ce territoire.

Un territoire que l’on explore sans fin, avec énergie et émerveillement.

Et s’il vous reste encore un peu de force dans les jambes, tentez l’aventure version trail.

A l’issue de votre périple, trouvez le réconfort en dégustant les spécialités locales.

 

 

Il en parle ...

 

BENOIT STTBenoît Leblanc est l’animateur de la Station de Trail Corbières-Fenouillèdes depuis 2017. Fort d’une expérience de sommelier, il a souhaité s’orienter dans l’accompagnement des Activités de Pleine Nature.

Un bel exemple de complémentarité des activités.

 

Depuis quand cours-tu ?

Depuis toujours … mais le point de départ d’une pratique régulière commence lors de ma préparation du marathon du Médoc 2014. Maintenant je cours de jour comme de nuit !

 

Quelle motivation ? Sentiment procuré ?

La motivation est autant physique que psychologique. La sensation que procure le trail pendant et après la course, est difficile à décrire. Je donnerai plutôt l’image suivante : atteindre un sommet. On le voit de très loin, très haut.

Après l’effort donné, on a le plaisir de contempler le paysage et toucher du doigt les crêtes alentours. Courir c’est aussi développer l’imagination car quand on commence un sentier, on ne peut s’empêcher d’imaginer les obstacles, les rencontres, la technicité, le terrain, etc. C’est un moment privilégié pour être face à soi-même, trouver des solutions à certains problèmes, ne garder que l’essentiel. Dans un même temps, je n’ai pas la volonté de m’isoler, mais au contraire de partager le moment et d’être au contact de l’environnement dans lequel je cours.

 

Tes trailers modèles ?

Stéphane Brogniart, Scott Jurek ou Antoine Kupricka car ils font d’abord passer l’introspection avant la performance. C’est une philosophie de vie.

 

Comment concilie-t-on le vin et le Trail ?

Je suis originaire de Bordeaux. Le cabernet et le merlot coulent dans mes veines. Très naturellement, j’ai orienté ma formation dans le domaine du vin, en tant que sommelier. Les dénominateurs communs entre ces deux activités c’est la sensation, l’art de vivre, être épicurien ! Le Marathon Vertical du Vignoble permet de créer ce lien : le parcours, changeant d’année en année, permet de comprendre les paysages, de partager, en dehors du simple aspect de la performance. Une illustration marque bien cette idée : on parle avec les amis d’une course, d’un parcours autour d’un verre, et au sommet, on a juste envie de partager ses émotions autour d’un autre verre.

 

Pourquoi le Fenouillèdes se prête-t-il si bien à la course ?

Le Fenouillèdes est un territoire accidenté, pas de haute montagne, peu connu mais qui offre la possibilité d’une déconnexion totale, de s’amuser techniquement et de retour aux sources. Quand on court dans le Fenouillèdes, c’est comme un retour à l’état animal, notamment la nuit. On y rencontre des sangliers et des chauves-souris, le moindre bruit stimule tout l’imaginaire ancré en nous et nous donne la chair de poule ... on se sent vivant !

 

Quel est ton plus beau souvenir sur les sentiers du Fenouillèdes ?

Il y en a beaucoup, mais celui qui m’a le plus marqué s’est déroulé sur le sentier des Grottes, après le Roc Paradet et son point de vue sur le pic de Bugarach. J’étais avec des amis, il faisait déjà presque nuit.

Dans une ligne droite, à la sortie d’une prairie, nous nous sommes retrouvés suivis puis rattrapés par un groupe de chevaux pâturant. Ils ont pris notre rythme et nous ont accompagnés sur plusieurs centaines de mètres, très curieux. Leurs souffles étaient proches et leurs corps en mouvement formaient des ombres fantomatiques. C’était magique.

 

Si le Fenouillèdes était …

... Un sport : Trail bien sûr ! Le trail c’est de la méditation en mouvement, c’est lutter contre la tramontane, c’est découvrir des paysages différents et leurs couleurs. Le Fenouillèdes est une mosaïque de sensations et d’odeurs.

... Un sommet : le Bugarach pour ses mystères, ses rumeurs. Il est à portée de main, mais peu de gens accèdent vraiment au sommet ou découvrent ses anfractuosités.

... Un expéditeur : un pionnier, quelqu’un qui découvre un endroit perdu et en partage ses découvertes.

 

 

Le territoire se compose de plusieurs unités paysagères qui témoignent d’une histoire géologique et géomorphologique remarquable. Le synclinal du Fenouillèdes, entre Caudiès et Maury, résulte de la surrection des Pyrénées il y a 55 millions d’années. Les petites collines qui adoucissent le paysage aux crêtes rocheuses escarpées sont d’anciens dépôts argileux érodés propices à la plantation des vignes. Ces dernières sont reines sur les coteaux viticoles de la vallée de l’Agly : le relief, formant une transition entre les Pyrénées et les Corbières, est composé de couches de granite, schiste et calcaire plissées et déformées. Cultivées en terrasse jusqu’au XXème siècle, les pentes sont aujourd’hui couvertes de garrigues (sols calcaires), de maquis (sols acides) et de boisement de chênes verts en taillis. La plaine de Latour-de-France (à l’Est), caractérisée par la présence de la ripisylve de l’Agly et la vigne, contraste avec les terres du Haut-Fenouillèdes (à l’Ouest) qui s’élève à près de 1350 mètres. Les routes sinueuses de la vallée de la Desix, traversant les villages aux murs de schistes et de granit,  offre un panorama à ne pas manquer sur les massifs montagneux boisés d’hêtres et de sapins.

Zoom géoglogique :

Le territoire est le témoin d’une activité sismique importante due à la présence de la faille Nord-Pyrénéenne, zone de contact entre les plaques tectoniques ibérique et eurasienne : sources d’eau chaude, failles, cluses. … Autre particularité, la roche calcaire, modelée par les eaux d’infiltration et souterraines, forme le fascinant relief karstique : grottes, stalactites et stalagmites …

Le sol est également riche en fer, feldspath, gypse, granit, cuivre, étain, argent, or que l’Homme a extrait des premières occupations jusqu’au milieu du XXe siècle (mines de Fosse, Lesquerde, Planèzes, Rasiguères,  Saint-Arnac, Saint-Paul, etc.).

Le territoire se compose de plusieurs unités paysagères qui témoignent d’une histoire géologique et géomorphologique remarquable. Le synclinal du Fenouillèdes, entre Caudiès et Maury, résulte de la surrection des Pyrénées il y a 55 millions d’années. Les petites collines qui adoucissent le paysage aux crêtes rocheuses escarpées sont d’anciens dépôts argileux érodés propices à la plantation des vignes. Ces dernières sont reines sur les coteaux viticoles de la vallée de l’Agly : le relief, formant une transition entre les Pyrénées et les Corbières, est composé de couches de granite, schiste et calcaire plissées et déformées. Cultivées en terrasse jusqu’au XXème siècle, les pentes sont aujourd’hui couvertes de garrigues (sols calcaires), de maquis (sols acides) et de boisement de chênes verts en taillis. La plaine de Latour-de-France (à l’Est), caractérisée par la présence de la ripisylve de l’Agly et la vigne, contraste avec les terres du Haut-Fenouillèdes (à l’Ouest) qui s’élève à près de 1350 mètres. Les routes sinueuses de la vallée de la Desix, traversant les villages aux murs de schistes et de granit, offre un panorama à ne pas manquer sur les massifs montagneux boisés d’hêtres et de sapins.

Zoom géoglogique :

Le territoire est le témoin d’une activité sismique importante due à la présence de la faille Nord-Pyrénéenne, zone de contact entre les plaques tectoniques ibérique et eurasienne : sources d’eau chaude, failles, cluses. … Autre particularité, la roche calcaire, modelée par les eaux d’infiltration et souterraines, forme le fascinant relief karstique : grottes, stalactites et stalagmites …

Le sol est également riche en fer, feldspath, gypse, granit, cuivre, étain, argent, or que l’Homme a extrait des premières occupations jusqu’au milieu du XXe siècle (mines de Fosse, Lesquerde, Planèzes, Rasiguères, Saint-Arnac, Saint-Paul, etc.).